Faire son savon maison avec les ajouts à la trace

On passe maintenant aux ajouts à la trace. Il faut savoir que les ajouts à la trace représentent 95% de la méthode utilisée pour faire son savon avec des ajouts. L’immense majorité des ingrédients s’ajoute à la trace sauf les laits et les jus qui ont une forte concentration en eau et qui sont substitués à l’eau pour la préparation de la lessive de soude.

faire son savon

Pour tous les ajouts à la trace, on vous donne quelques exemples mais la liste est non exhaustive car vous pouvez laisser libre cours à votre imagination pour pouvoir faire plein d’ajouts ou des combinaisons d’ajouts en limitant de préférence le nombre d’ajouts à 3 ou 4 dans chaque recette au-delà de 4, on perd les intérêts. Pour rappel à la trace, on n’ajoute pas plus de 10% du poids des huiles en ajout. Il n’y a pas grand intérêt à ajouter des petites quantités de chaque.

Extraits lyophilisés

Il est préférable d’avoir 2 ajouts bien concentrés que 5 avec moins d’1% ce qui n’a pas vraiment d’intérêt. Par exemple vous avez les extraits lyophilisés qu’on retrouve dans des boutiques spécialisées. Vous pouvez trouver des laits d’avoine, des laits de coco lyophilisés c’est-à-dire que les ingrédients ont été séchés pour retirer l’eau des actifs ce qui est très intéressant en fabrication de savon solide.

Plus on ajoute de l’eau plus on aura un savon mou. Les ajouts sont limités à 10% à la trace d’une part pour les ajouts qui contiennent déjà de l’eau, cela permet d’éviter d’ajouter trop d’eau à la recette et d’autre part pour ne pas déstabiliser la recette et la réaction de saponification à froid.

En partant d’un extrait lyophilisé comme les laits ou autres actifs sous forme lyophilisée, cela permet d’avoir une forte concentration en actif sans avoir une quantité d’eau trop importante dans la recette.

Pour la préparation des extraits lyophilisés comme le lait de coco, le lait d’avoine, il est préférable de les diluer dans de l’eau avant de les incorporer au mélange à la trace parce que même si il y a déjà de l’eau dans votre recette, vous devrez mixer beaucoup plus afin de bien homogénéiser la pâte à savon. De plus vous n’êtes pas à l’abri d’une mauvaise dilution, vous risquez de retrouver des amalgames, des petits grains non dilués.

Pour faciliter l’incorporation, vous diluez les extraits lyophilisés dans un peu d’eau tiède de préférence ou à température ambiante avec de l’eau déminéralisée. Assurez-vous que le total de l’eau et de la poudre ne dépasse pas les 10% du poids total des huiles. Inutile d’ajouter beaucoup d’eau, vous avez juste besoin de suffisamment d’eau pour obtenir une texture un peu crème qui pourra s’amalgamer beaucoup plus facilement.

Si vous réalisez d’autres ajouts, c’est pareil, il faut tout additionner et ne pas dépasser les 10%. Généralement avec les extraits lyophilisés, on ne fait pas trop d’ajouts puisqu’étant donné qu’il faut intégrer un petit peu d’eau, on arrive rapidement au 10%.

Poudres

Ensuite vous avez les poudres (argile, rhassoul, ortie, algues etc). Pour les poudres, on réduit les quantités. En effet les poudre (argile) accélèrent la prise comme dans un gâteau.
Pour débuter, on vous invite à limiter les poudres à 5% du poids des huiles car cela aura tendance à accélérer votre trace, vous aurez des difficultés à les incorporer correctement sans sur-mixer.

Pour les argiles, les poudres, la quantité des 5% du poids des huiles est correcte, cela vous permet de combiner avec un autre ajout (fragrance etc). Le rhassoul possède des propriétés intéressantes pour le savon si vous souhaitez un savon lavant et efficace. A vous de voir les propriétés des différentes argiles. Vous pouvez aussi exploiter la couleur des argiles pour faire des marbrages et des savons colorés. On en reparlera. Il faut toujours bien calculer sa recette savon maison pour s’assurer qu’on a la bonne quantité au niveau des ajouts.

Exfoliants

Un autre type d’ajout, ce sont les exfoliants. Il y a plein d’idées que vous pourrez trouver pour avoir un effet exfoliant dans votre savon. Par exemple il y a le sable de préférence très fin, il y a le mare de café, les graines de pavot qui sont très jolies sur un savon avec une base blanche. Beaucoup de possibilités diverses et variées qu’on retrouve dans des boutiques spécialisées.

Pour les exfoliants, la quantité des 10% du poids des huiles n’est pas adaptée sinon vous risquez d’avoir un savon trop exfoliant. En général une cuillère à soupe rase pour un kilo de pâte de savon suffit. C’est à vous de doser en fonction de la sensibilité de votre peau. Si vous souhaitez quelque chose de léger, vous en mettez en quantité raisonnable. Pour un savon spécial pour gommer les pieds, vous pouvez fabriquer quelque chose de plus abrasif, tout dépend de l’utilisation que vous souhaitez en faire.

Mon conseil pour les ajouts c’est de débuter sur des petites quantités. Il est préférable d’en mettre un peu moins pour voir comment ça se passe car il peut y avoir différentes interactions entre les ajouts de votre recette. Vaut mieux commencer par en ajouter peu puis progressivement vous en ajoutez davantage en quantité et en nombre d’ajouts.

Nous avons aussi les pigments notamment les oxydes, les micas, les extraits de plante. Tous ces ingrédients qui ont vocation à colorer votre savon. On en parle l’article sur les marbrages.

Fragrances cosmétiques

Il y a aussi les fragrances cosmétiques pour parfumer votre savon qu’on évoquera aussi avec les marbrages car ils sont intimement liés.
Les huiles essentielles sont des ajouts particuliers. Ils présentent un intérêt cosmétique. En tant que savonnerie artisanale, je ne suis pas pour l’utilisation des huiles essentielles pour le parfumage du savon. En revanche chacun est libre de faire comme il souhaite. Il faut beaucoup de plantes pour faire de l’huile essentielle, je préfère les utiliser pour leur intérêt cosmétique ou bien-être.

Il y a des généralités à prendre en compte pour l’usage des huiles essentielles. On les déconseille pour les femmes enceintes ou allaitantes. Je vous invite à vous référer à la fiche de chaque huile essentielle pour bien vérifier les aspects techniques. Assurez-vous qu’elle n’est pas dermocaustique et irritante pour la peau, qu’elle n’est pas photosensibilisante et qu’elle ne provoque pas des réactions avec l’exposition solaire. Vérifiez l’âge recommandé pour les enfants. Pas d’huile essentielle pendant l’allaitement et la grossesse.

Pour les dosages d’huile essentielle, on ne dépasse pas 3% du poids des huiles et si votre savon est destiné à une utilisation pour le visage c’est 1% maximum. Evitez les huiles essentielles d’agrume (citron, orange, mandarine, pamplemousse). La plupart des huiles essentielles d’agrume sont photosensibilisantes et en plus ce sont des huiles qui ne résistent pas bien à la saponification à froid. Vous devez en mettre beaucoup pour ne pas sentir grand-chose ou les combiner avec d’autres huiles.

De manière générale ne partez pas sur des huiles essentielles d’agrume mis à part le petit grain qui convient très bien. Pour le reste des huiles essentielles (orange, citron, mandarine, pamplemousse), il est préférable de les conserver pour d’autres produits cosmétiques car leur parfum ne ressortira pas bien en savon naturel saponifié à froid.

En revanche les huiles essentielles boisées (patchouli, vétiver etc) sont adaptées pour de la saponification à froid. Idem pour les huiles essentielles vertes. La sélection des huiles essentielles dépend entièrement de vos goûts. Certaines personnes apprécient certaines huiles et pas d’autres. L’huile essentielle en savon doit être bien réfléchie tout en prenant en compte toutes les précautions nécessaires.

Savon au miel

Autre cas particulier pour les ajouts c’est le miel. Le miel est très sucrée or le sucre avec la soude caustique provoque une montée en température très importante de la pâte à savon au miel.

Comme on l’a évoqué dans le 100% coco, tous les actifs sucrés comme les laits qui sont riches en lactose et en sucre sont des ingrédients qui augmentent la température de votre savon et la réaction de saponification à froid.

Pour le miel, le dosage recommandé est de 5% maximum du poids des huiles à intégrer à la trace. Le miel peut être dilué dans les huiles. Pour une meilleure incorporation, je vous conseille de le diluer dans un peu d’eau tiède afin d’éviter des poches de miel caramélisées dans votre savon qui dégoulinent.

L’ajout du miel ne peut pas être combiné avec un autre actif qui contient du sucre. Il faut éviter les mélanges miel et lait ou fruit et miel ou fruit et lait. On limite à un seul actif sucré dans la recette de savon soit le lactose des laits, le fructose des fruits ou le sucre du miel.

Vous pouvez mélanger le miel et de l’argile mais évitez de cumuler les actifs sucrés pour limiter une réaction entre les ingrédients et empêcher une montée en température trop importante.

Idem pour le 100% coco, il ne faut jamais le combiner avec un miel ou un lait sinon vous aurez une réaction « Volcan » et des débordements assurés. On limite à 30% la concentration de coco surtout pour les ajouts miel, lait ou fruit.

Si vous avez une recette très concentrée, il est possible de voir des craquements apparaître sur le côté. Pas d’inquiétude. Si votre savon chauffe énormément alors vous pouvez le découvrir ou vous le mettez dans un endroit plus frais pour réduire la montée en température.

Purées de fruit et légume

Le dernier ajout particulier concerne les purées de fruit et légume puisqu’ils sont naturellement riches en eau. Si vous réalisez une purée de fruit ou légume alors n’ajoutez pas d’eau car il y a déjà de l’eau dans les fruits et les légumes même si ce n’est pas évident au premier abord.

Que ce soit les purées de carotte, les écrasés d’avocat ou de banane, vous pouvez aller jusqu’à 10% d’ajout à la trace en revanche étant donné qu’il y a beaucoup d’eau, on retire 50% du poids de la purée à l’eau de dilution de soude. Par exemple si vous avez 200 g d’eau dans une recette de savon et que vous avez 50 g de purée de carotte, vous prenez 50% de la purée donc ça correspond à 25 g d’eau à retirer de votre eau de dissolution. Il y a déjà beaucoup d’eau dans la purée donc il est conseillé de retirer de l’eau.

Avec la pratique, vous pourrez ajuster avec la concentration de soude mais lors de la fabrication de vos premiers savons, je vous invite à rester sur la concentration de soude à 29% dans le calculateur et de retirer 50% du poids de la purée à votre quantité d’eau pour éviter un savon trop mou qui sera difficile à sortir de son moule à savon et qui devra sécher beaucoup plus longtemps qu’un autre savon avec moins d’eau et de liquide.

A l’inverse si vous oubliez de retirer de l’eau à votre recette ce n’est pas grave. Vous aurez juste une trace moins rapide et un temps de séchage plus long (par exemple 3 mois au lieu d’un mois et demi). Le savon durcira beaucoup moins vite et il faudra attendre un peu plus longtemps pour l’utiliser.

Voilà on a évoqué les ajouts à la trace, les généralités et les particularités de chacun. On passe maintenant à la réalisation d’un savon au miel.

Pour en savoir plus sur le savon au lait de chèvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *