Quelle est la recette idéale pour faire son marbrage ?

On aborde maintenant la question de la recette pour les marbrages. Il n’y a pas de recette obligatoire et spécifique pour les marbrages. Vous pouvez marbrer vos savons avec vos recettes habituelles si vous êtes à l’aise et que vous les appréciez. Simplement je vous donne quelques conseils généraux pour vous aider à établir une recette afin de réussir au maximum vos marbrages et faciliter l’acquisition des différentes techniques.

De manière générale, évitez de mettre plus de 50% de gras durs parce que plus vous mettez des graisses solides plus votre savon arrivera rapidement à la trace. C’est un conseil surtout lorsqu’on débute de limiter les gras durs à maximum 50%.

On ne met pas de cire pour les marbrages. Les cires nécessitent de travailler à température plus élevée et étant donné que les cires sont encore plus dures que les beurres, ça fait des traces très rapides. Pas de cire uniquement des beurres. Évitez l’huile de palme pour les marbrages parce que d’expérience c’est une huile qui fait tracer très vite.

Comment maîtriser la trace ?

Ensuite toujours pour ne pas avoir une trace qui soit trop rapide, on évite de trop concentrer la lessive de soude car plus il y aura de l’eau plus la pâte à savon restera fluide longtemps. On ne peut pas augmenter la quantité d’eau de façon démesurée mais évitez de la concentrer à plus de 30%. Les recettes que je vous donne sont à 29% mais il ne faut pas aller au-delà des 30% voire descendre à 25%. Si vous avez une recette de savon qui trace trop vite, vous pouvez l’ajuster en diminuant la concentration d’eau pour voir si ça peut aider.

Évitez l’argile dans la recette de savon sauf pour les parties à colorer. Évitez de mettre de l’argile en grande quantité notamment dans la recette de base parce que l’argile comme le ciment a tendance à accélérer la trace. De toute manière même pour colorer, il faut les garder en quantité raisonnable pour éviter d’avoir certaines parties du savon qui épaissiront plus vite que d’autres et rendre le marbrage difficile. Évitez les poudres dans la recette de base qui font prendre le savon trop rapidement.

Température du mélange

Au niveau de la température du mélange, il faut éviter de dépasser les 40°C car plus la pâte à savon sera chaude plus elle tracera vite. Il faut travailler avec des basses températures aux alentours de 38°C et 40°C pour avoir plus de temps pour faire ses mélanges et réaliser son marbrage.

La température de la pâte à savon est importante mais la température extérieure de la pièce a aussi une importance. Si vous vous trouvez dans un endroit frais en plein hiver, vous aurez plus de faciliter à réaliser des marbrages que si vous étiez dans un endroit très chaud et humide.

Si vous réalisez vos savons en pleine canicule, la pâte à savon aura tendance à tracer plus vite. Ce n’est pas que ça se passe mal mais il faut le garder à l’esprit. Quoi qu’il en soit vous pouvez ajuster la température des 2 phases et c’est important de le faire.

Quelles matières premières privilégier ?

Ensuite d’un point de vue technique, évitez toutes les huiles et les beurres de couleur très foncé. Pour que vos couleurs ressortent comme vous le souhaitez, il faut que le support soit le plus claire possible. Si vous mettez du bleu sur une pâte à savon très jaune, vous n’aurez pas de bleu mais plutôt du gris vert ou kaki. C’est comme en peinture lorsqu’on mélange des couleurs on en obtient une autre. Si vous mettez des huiles très foncées comme l’huile d’avocat qui est très verte et l’huile de germe de blé qui est orange, vous aurez une base très colorée qui modifie toutes vos couleurs à moins que ce soient les couleurs que vous recherchez pour votre savon.

Dans la catégorie des huiles et beurres claires, vous avez l’huile de pépin de raisin, l’huile d’arachide, l’huile de coco, l’huile de babassu. Vous pouvez aussi prendre des huiles raffinées car plus l’huile est raffinée, plus la couleur dans le savon sera claire. Par exemple l’huile d’olive premier prix est très claire donc si vous mettez beaucoup d’huile d’olive dans votre recette, privilégiez une huile raffinée. Idem pour le beurre de karité, il est beige jaune crème lorsqu’il est brut et blanc quand il est raffiné.

Si vous souhaitez privilégier des matières bio ce qui est compréhensible, prenez en compte qu’il y a un impact sur les couleurs de votre savon final. Évitez les huiles plus foncées parce que votre base de savon fera virer vos couleurs.

Pour un premier marbrage, évitez de parfumer votre savon parce que la fragrance (on le voit dans un autre article) joue sur la trace et la couleur du savon. Pour vous exercer, réalisez votre premier marbrage avec une recette de savon sans parfum, ça sera plus simple par la suite lorsque vous mettrez du parfum d’appréhender la fabrication de votre savon coloré.

Pour les membres de la Flow académie, vous avez la fiche recette spéciale marbrage dans laquelle vous trouverez du beurre de karité, de l’huile de coco, de l’huile d’olive, de l’huile de sésame et de l’huile de pépins de raisin. Ce sont des huiles et des beurres qu’on retrouve facilement. L’huile d’olive est à 23%, même si vous la prenez bio et qu’elle est verte comme la mienne, ça n’aura pas une grande influence. Le beurre de Karité est raffiné, l’huile de coco est très blanche, l’huile de sésame est claire et l’huile de pépins de raisin est très claire aussi. Il faut respecter le ratio entre huiles sensibles et non sensibles. Ici l’huile de pépins de raisin est la seule huile sensible de la recette, elle est à 12,5% donc on reste en-dessous des 15%. En plus cette huile n’est pas bio donc elle se conservera plus longtemps. J’ai pris un surgras de 8% pour quelle raison ? Le surgraissage permet aussi de ralentir la trace. La valeur de 8% est idéale pour commencer sur des marbrages pour freiner l’arrivée de la trace. Vous pouvez découvrir les fragrances et pigments dans nos autres articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *